À faire et à ne pas faire lorsque vous discutez de la maladie mentale d’une personne

par Au Coeur de l'éveil

La maladie mentale est un sujet sensible et il faut du courage pour que les gens partagent leurs histoires.

Dernièrement, les êtres humains se rassemblent en tant que communauté pour lutter et partager leurs expériences.

Il est urgent de partager des idées et de discuter de diverses opinions et compréhensions sans aucune honte ou stigmatisation.

Lorsque les gens sont finalement capables de diagnostiquer et de comprendre leur problème, ils se sentent soulagés. Ceci est principalement dû à la raison pour laquelle les personnes qui souffrent sont souvent vues en train de lutter pour expliquer leurs problèmes, même à leurs proches.

Complexités sociétales entourant la maladie mentale

Les personnes atteintes de maladie mentale ont peur d’être jugées et rejetées par leur entourage et par la société en général. Cependant, diagnostiquer le problème leur donne l’espoir d’être aussi bien compris que validé.

En outre, les personnes souffrant d’une maladie mentale particulière souffrent également de la façon dont les autres y réagissent. C’est un facteur extrêmement important qui aboutit la plupart du temps à la création ou à la rupture de relations.

Si une personne partage sa maladie mentale, cela indique qu’elle lui fait entièrement confiance. Ils partagent un niveau de confort qui leur permet de partager franchement leurs peurs les plus profondes et leurs expériences émotionnelles.

Cependant, la plupart des gens ne sont pas certains de la façon dont ils doivent naviguer au cours de conversations aussi profondes. Continuez à lire cet article pour découvrir les choses à faire et à ne pas faire pour réagir de manière appropriée.

Choses que vous devriez faire

I. Prise en charge et validation express

Lorsqu’un proche de vous partage son histoire de maladie mentale, il mérite d’être soutenu et validé. Nous pouvons exprimer une attention et un soutien authentiques en engageant une conversation en tête-à-tête. Le langage corporel est extrêmement important, nous devons donc maintenir un contact visuel fort, hocher la tête fréquemment et offrir un toucher réconfortant.

S’ils trouvent quelqu’un prêt à les écouter activement et à les croire, la plupart de leurs problèmes sont résolus. Ils trouvent une détermination à surmonter leurs problèmes. Par la suite, nous devons être très attentifs et garder l’esprit ouvert tout au long. Certaines réponses de validation comprennent:

R: en les remerciant d’avoir fait confiance et d’avoir partagé avec nous. L’appréciation les fait se sentir en sécurité et confiants.

B: Nous devons reconnaître leur résilience et leur force pour endurer la maladie mentale.

C: Les assurer de notre soutien constant.

II. Offrez votre aide

Les personnes souffrant de maladie mentale ont souvent peur de s’exprimer ouvertement et de demander de l’aide. Par conséquent, il est essentiel que nous leur tendions la main. Nous pouvons le faire en:

R: Être accessible à eux pendant leur période de besoin.

B: Offrez-leur un tour chez leur psychiatre ou thérapeute.

C: Les connecter à quelqu’un qui a vécu des expériences similaires.

Choses que vous ne devriez pas:

I. Interroger

Les personnes qui diagnostiquent une maladie mentale n’ont pas besoin de l’opinion des autres. Il est décourageant pour eux d’être ignorés ou remis en question. Par conséquent, nous ne devons jamais les interroger directement sur leur diagnostic à moins qu’ils ne se manifestent.

Les conditions mentales sont complexes et nécessitent une aide professionnelle. Cependant, tout le monde essaie d’influencer et de porter des jugements insensibles pour les guérir. Cela conduit souvent à plus de dommages et les fait se replier davantage dans leur coquille.

De même, nous ne devons jamais faire de déclarations comme:

R: Leur dire que leur maladie mentale n’est ni apparente ni valide.

B: N’essayez pas de donner des conseils d’experts sans qu’on vous le demande.

II. Égocentrique

Souvent, nous sommes confrontés à la culpabilité de ne pas avoir remarqué ou de ne pas être suffisamment solidaires de la personne en difficulté. Cela nous rend involontairement centrés sur nous-mêmes. On oublie de se concentrer sur la personne et ses problèmes.

Néanmoins, lorsqu’ils nous font part de leurs problèmes, nous devons saisir cette occasion pour exprimer nos excuses et notre soutien. Ces moments exigent la seule attention pour leur assurer confort et empathie.

Les petits actes vont très loin

Nous sommes tous confrontés à des émotions difficiles, mais il y a des personnes souffrant de conditions supplémentaires qui nécessitent une concentration et une compréhension particulières. De petits actes d’expression avec maturité et habileté pendant qu’ils partagent leurs problèmes les aident énormément.

Maintenant, vous pouvez suivre Au Coeur de l’éveil sur Facebook et Instagram!


, donnez un coup de pouce à Au Coeur de l’éveil et aidez-nous à répandre L’amour! ∼