9 choses que Sigmund Freud nous a enseignées sur nos pensées

Quels progrès nous faisons. Au Moyen Âge, ils m’auraient brûlé. Maintenant, ils se contentent de brûler mes livres. – Sigmund Freud Nous avons tous entendu parler du nom de Freud. Certains d’entre nous ont peut-être entendu parler de ses théories peu orthodoxes sur la psychologie. En effet, dire que Freud est une figure polarisante dans la profession qu’il a choisie est un euphémisme – les psychologues et les psychiatres sont soit un disciple des théories de Freud sur l’esprit, soit un antagoniste inflexible. En fait, deux psychologues légendaires qui étaient des étudiants de Freud – Carl Jung et Alfred Adler – ont reconnu cette dissociation et ont finalement découvert leurs propres théories. Sigmund Freud est le premier nom qui vient à l’esprit de beaucoup quand ils pensent à la psychologie. L’adorer ou le détester comme ils le peuvent, Freud a laissé un héritage distinctement puissant dans le domaine de la psychologie, en particulier dans le domaine de la psychanalyse – la théorie psychothérapeutique dans laquelle il a fondé et pratiqué. Les locataires de base de la psychanalyse fournissent les bases que Freud a utilisées pour itérer sur une variété de sujets, notamment: la bisexualité / l’homosexualité, l’hypnose, la religion, la séduction, la peur et une foule d’autres. La théorie psychanalytique peut être résumée en utilisant cinq locataires de base: Le développement personnel est attribué à des événements souvent oubliés qui se sont produits dans la petite enfance, plutôt qu’à des traits inhérents (génétique). L’inconscient – pensées automatiques et non introspectives – est à la base des attitudes, des expériences, des manières et des pensées d’une personne. Les motivations et les motivations d’une personne ne peuvent être découvertes qu’en contournant la résistance psychologique sous la forme de mécanismes de défense. Les troubles mentaux et émotionnels – anxiété, dépression, névrose, etc. – sont des conflits entre le conscient et l’inconscient et la répression des pensées. Le contenu de l’inconscient est libéré par transfert au conscient par une orientation thérapeutique directe. En utilisant ces locataires comme guide, il nous permet de mieux comprendre les pensées de Freud sur ces 9 fascinantes leçons de l’esprit! Voici 10 choses que Sigmund Freud nous a enseignées sur nos pensées: 1. La théorie du «tressage et du tissage» Il n’y a pas moyen de contourner cela: Freud était connu pour ses concepts misogynes. Ses théories condescendantes sur les femmes sont parmi ses œuvres les plus désagréables. Selon Freud, les femmes étaient naturellement inférieures simplement parce qu’elles étaient nées femmes. En raison de leur «déficience génitale» (ne pas avoir de pénis), de leur manque d’agressivité et de leur nature fortement passive, Freud était catégorique dans sa théorie selon laquelle les femmes contribueraient peu à l’avancement de la civilisation. Oh, mais ils pouvaient encore s’occuper de tressage et de tissage. Inutile de dire que cette théorie est effectivement annulée étant donné les réalisations et les contributions exceptionnelles des femmes aujourd’hui. 2. La théorie de la Horde primordiale et les théories de Dieu de Freud sur Dieu sont assez intéressantes. Selon le «père juif de la psychanalyse», les vues judéo-chrétiennes sur Dieu découlent des états psychologiques primitifs de l’homme. La «horde primitive» est une terminologie freudienne qui fait référence à l’état mental refoulé dans lequel l’homme vivait à l’âge de pierre. Plus précisément, que nos lointains ancêtres vivaient dans un groupe («horde») qui était supervisé par un mâle alpha, qui utilisait la tyrannie et l’agression pour maintenir le contrôle – y compris en gardant la compagnie des femmes pour lui. Cela a conduit à des pulsions sexuelles et agressives qui se sont manifestées dans un état d’obéissance et de dépendance. Cet état pitoyable a conduit l’homme à chercher du réconfort dans un pouvoir omnipotent et bienveillant – qui serait finalement appelé «Dieu». 3. Théorie de la séduction Pour tenir compte de l’état de névrose et d’hystérie chez ses patientes, Freud a développé une autre théorie impopulaire: les origines de la névrose et de l’hystérie ont un lien direct avec les souvenirs refoulés des abus sexuels de la petite enfance. En soi, la théorie ne semble pas scandaleuse, mais c’est l’interprétation de Freud (comme d’habitude) qui a déclenché la condamnation. Pour Freud, ces souvenirs d’abus sexuels sont des manifestations de fantasmes imaginaires. 4. Bi-sexualité innée Freud croyait que les traits inhérents pouvaient être définis comme masculins ou féminins. Il a associé la dominance et la conviction à la masculinité; la soumission et la passivité étant qualifiées de traits féminins. Bien que ces croyances sur les traits intrinsèques ne soient pas trop polarisantes, l’extrapolation de Freud sur ces traits est – Freud a fait face à une opposition véhémente et a été ostracisé par beaucoup de ses collègues. Qu’est-ce qui les a tous bouleversés? Eh bien, Freud a conclu que puisque nous héritons tous des traits féminins et masculins, nous sommes tous intrinsèquement bi-sexuels. Ça va le faire. 5. Interprétation d’un «souhait de mort» Après avoir établi sa théorie du «principe du plaisir» – un désir humain de vie, de santé et de succès – Freud a été confronté à une énigme lorsqu’il a conseillé des soldats traumatisés de la Première Guerre mondiale, bien qu’il ait été impliqué dans des activités terroristes et mortelles batailles, de nombreux soldats en difficulté ont insisté pour reprendre le combat. Bien sûr, cette participation a entraîné une forte possibilité de décès. Pour tenir compte de cette opposition directe à sa «théorie du principe du plaisir», Freud a développé la théorie d’une «pulsion de mort». Cette théorie affirme que nous avons tous inconsciemment un désir de mort qui s’oppose directement à notre désir de plaisir. 6. Hypnose et amour Plus tôt dans sa carrière, Freud a consacré beaucoup de temps à étudier les effets de l’hypnotisme. Après une certaine période, Freud a conclu que les individus varient dans leur sensibilité à la pratique de l’hypnose. Il a découvert un lien supposé entre la réciprocité de l’amour et la capacité d’un patient à être hypnotisé. Les patients qui en aimaient un autre dans la mesure de l’idolisation étaient plus disposés à abandonner leur volonté, ce que l’hypnotisme accomplit dans une certaine mesure. En tant que tels, ces patients étaient plus facilement sujets à l’hypnose. 7. Cathartic Relief Catharsis est le tempérament des émotions obtenues par la ventilation. Avec les conseils de son collègue, Freud a commencé à utiliser efficacement la catharsis dans sa pratique. Freud est parvenu à la conclusion que la catharsis n’est efficace qu’à court terme, mais n’a pas atteint son objectif principal: soulager l’inconscient des désirs supprimés. Au moins, nous savons que crier fort dans la voiture après une journée stressante aidera un peu. 8. Agir notre opposé Freud a postulé que les émotions et les impulsions produisant de l’anxiété sont surmontées par l’hypertrophie (exagération) de son opposé. En d’autres termes, si nous éprouvons des sentiments de haine envers une autre personne, cela entraîne souvent des sentiments d’anxiété. Ces sentiments anxieux exercent une pression sur l’ego, qui sert à dissiper le conflit. En conséquence, l’Ego facilitera les sentiments d’amour et d’acceptation afin d’éviter l’anxiété causée par la haine de l’autre personne. Cette théorie est appelée «formation réactionnelle». Autres exemples de formation réactionnelle: – Un alcoolique exprimant les vertus de la sobriété – Un parent bourreau de travail qui tente d ‘«acheter l’amour» en gâtant ses enfants – Une personne ayant des opinions racistes contre un certain groupe, mais qui se lie d’amitié personnellement avec une personne de ce groupe 9. Soulagement par le rire Pour beaucoup d’entre nous, le rire procure un soulagement bien nécessaire. Freud explique l’effet du rire sur notre psychisme en le liant à des désirs supprimés, comme l’agression sexuelle. En effet, quand on rit, ils libèrent des pulsions inconscientes refoulées. Eh bien, au moins, nous pouvons tous convenir avec Freud que le rire est un soulagement… pas tout à fait certain quant à l’aspect «désirs supprimés», cependant. Sans surprise, ses pairs ne pensaient pas beaucoup à cette théorie non plus.